Centenaire de la guerre 14-18

DSCF2190

Commémoration du 11 novembre 2014

La célébration du centenaire du début de la Première Guerre Mondiale marque la volonté pour l’équipe municipale de fédérer le plus grand nombre de saint-savinois(es) de toutes générations et de toutes origines géographiques autour d’un projet commun. La pierre angulaire de ce projet est le monument aux morts du village et plus spécialement les 13 saint-savinois morts pour la patrie pendant la guerre 1914-18.

A l’issue d’une réunion publique, une équipe de travail est constituée et va œuvrer pour la mise en place d’une journée commémorative mardi 11 novembre 2014. L’implication de tous pour la réussite de cette journée s’est avérée primordial.

Un travail de recherches en amont sur ces 13 « poilus » est mené par Mme Abrial et Mr Yziquel, membres de la commission. Il en découlera la création de 13 panneaux agrémentés de documents originaux (feuillet matricule, photos, parcours militaires et circonstances de leur décès), d’une carte de la guerre 14-18 retraçant la position géographique du lieu de décès de nos poilus, de documents originaux prêtés par les archives départementales mais aussi sortis des greniers de certains habitants du village. Et puis on mettra en avant des objets de la guerre 14-18 tels le mannequin d’un adjudant poilu dans son costume officiel, un fusil à baïonnettes, des briquets ou vases fabriqués à partir de douilles, 34 lettres originales de correspondances d’un poilu saint-savinois (Cyprien Cardebat) avec sa famille… Tous ces éléments constituait l’exposition ouverte au public de 12h à 17h.

DSCF2142
Mais avant cela, la commémoration a débuté par un exposé oral des élèves de l’école du RPI Arcizans-Avant / Saint-Savin autour de leur enseignant Pascal Tricaud et le visionnage d’un court film d’animation organisé par l’association de l’écran voyageur.

 

 

 

DSCF2165

Solennellement, le cortège s’est ensuite dirigé vers le monuments aux morts où la Marseillaise a résonné aux sons de l’accordéon et du choeur d’enfants.  Puis, c’est au tour de la chorale paroissiale d’interpréter l’échiquier des fous.

Plus tard, il flottait un parfum d’armistice sous le cloitre de l’église au moment du buffet, préparé par le restaurant du Viscos et animé par l’accordéon de David. La centaine de personnes présentes s’est revigorés autour des parasols chauffants, toasts et autres pasos.

 

Une journée idéale pour cultiver et partager ensemble notre devoir de mémoire.